Un nous impossible à conjuguer?

Afficher l'image d'origine

« Monologue du nous» © Eric Didym

Note : 1/5

Pour ceux : qui s’interrogent sur les limites de l’action collective et violente… et n’ont pas peur de l’ennui

Durée : 1 heure 10 minutes (interminables…)

En bref : Charles Tordjman met en scène ou plutôt en voix un « Monologue du nous » dépourvu d’émotions, et relativement monocorde en dépit de déplacements somme toute artificiels. Le sujet est brûlant (la question du désespoir et des attentats), mais le résultat au plateau laisse froids. Pauvres actrices…

 Si vous avez le temps de lire : Il faut croire que c’est dans l’air du temps. Voilà encore un artiste qui pose, avant 2015, la question des limites l’engagement collectif, plus exactement des attentats … Dans Monologue du nous, Bernard Noël nous fait en effet entendre les voix de militants qui, portés par le nouvel évangile du désespoir, décident d’opter pour l’action violente. Or, ces voix apparaissent souvent relativement uniformisées, comme si le « nous » abolissait toute individualité. C’est pourquoi une actrice prendrait facilement le texte de l’autre. Et cette impression est encore accentuée par les dictions assez analogues, presque mécaniques des comédiennes.

Quel dommage ! On perçoit pourtant chez les quatre interprètes du talent. Simplement, enfermées dans la gangue de la scène (un treillage magnifique mais à la beauté assez vaine), obligées d’arpenter la scène de long en large, elles font penser à des fauves en cage. Leurs déplacements ont aspect trop formel. Sans doute, désireux de mieux faire entendre le texte dense de Bernard Noël, Charles Tordjman a-t-il joué sur l’épure, mais ma voisine de droite dort. Derrière, on bavarde doucement, et je regarde de plus en plus ma montre…

Bien sûr, on pourrait voir ici une dénonciation du bourrage de crâne politique, mais, il faudrait alors que le parti pris soit plus clair. On aimerait encore penser que l’évocation du « nous » passe par un travail de chœur qui rend raison de cet aplatissement, mais alors ce travail n’est pas abouti. Ce nous-là ne passe décidément pas la rampe. Autant voir un spectacle de Marta Górnika : là, le chœur gagne en effet toute sa force politique. Quant aux maigres débats, ils ne sont pas très originaux. Déjà, Camus les proposait avec Les Justes. Et si on veut rester dans le domaine contemporain, autant se plonger dans le dernier ovni de Bertrand Bonello : Nocturama.

Charles Tordjman a longtemps hésité à mettre en scène ce « nous », le jugeant peut-être impossible à montrer… Il n’avait peut-être pas tort…

Laura Plas

Monologue du nous, de Bernard Noël

Texte édité aux éditions P.O.L

Site : www.collectif23h50.com

Mise en scène et adaptation : Charles Tordjman

Avec : Alissa Alloula, Loulou Hanssen, Céline Carrère, Sophie Rodrigues

Collaboration artistique : François Robinson

Scénographie : Vincent Tordjman

Musique : Vicnet

Lumières : Christian Pinaud

Costumes : Cidalia Da Costa

Conseillère chorégraphique : Caroline Marcadé

Production Compagnie Fabbrica et SortieOuest Bézier

La Maison des Métallos • 94 rue Jean-Pierre Timbaud • 75011 Paris

– Métro : ligne 2, arrêt Couronnes, ligne 3, arrêt Parmentier

– Bus : lignes 96 : arrêt Maison des Métallos (direction Montparnasse), arrêt Saint-Maur / Jean Aicard (direction Porte des Lilas)

Réservations : 01 47 00 25 20

Site du théâtre : http://www.maisondesmetallos.org

Du vendredi 4 novembre au dimanche 13 novembre 2016, mardi 8 novembre à 21 heures, du mercredi au vendredi à 20 heures (sauf le 11 novembre, à 16 heures), samedi à 19 heures, dimanche à 16 heures. Relâche le lundi 7 novembre.

Durée : 1h30

A partir de 15 ans

De 5 à 14 euros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s